Ce site n'est pas le site officiel de l'assurance retraite

Demander un départ anticipé à la retraite

Dans différentes circonstances, il est possible d’effectuer un départ anticipé à la retraite. Concrètement, si le rachat de trimestres est une solution permettant d’avancer la date, certaines personnes sont liées à un âge minimal légal inférieur pour prendre leur retraite, pour des raisons diverses et variées.

Trois cas de figure existent et entraînent directement une révision de l’âge auquel il est possible de partir en retraite, ce qui donne souvent accès plus rapidement au taux plein de la pension. Dans un premier temps, les personnes ayant effectué une carrière longue peuvent, au niveau de la soixantaine, gagner quelques années. Il en va de même pour les assurés qui ont cumulé des points liés à la pénibilité d’un travail. Enfin, la reconnaissance d’un handicap ou d’une invalidité permet également d’effectuer un départ anticipé à la retraite.

Le départ anticipé pour carrière longue

Les personnes ayant commencé tôt dans la vie active et ayant cotisé pendant un nombre minimal de trimestres peuvent avancer la date de départ à la retraite. Quand la retraite était possible dès 60 ans, certaines personnes parvenaient à partir entre 55 et 59 ans : on pouvait arrêter de travailler avant 60 ans à condition d’avoir cumulé, avant la carrière longue, au moins 5 trimestres de cotisations avant la fin de l’année civile du 16ème anniversaire.

Désormais, l’âge légal de la retraite tend vers les 62 ans. Ainsi, il est possible de partir dès 60 ans dans le cas des carrières longues, à condition d’avoir réalisé au moins 5 trimestres avant la fin de l’année civile du 20ème anniversaire.

Travail pénible : la possibilité de prendre sa retraite plus tôt

Une loi mise en place en 2014 a permis la création du compte de prévention de la pénibilité. À ce titre, les personnes réalisant des travaux considérés comme difficiles cumulent chaque année des points – qui peuvent notamment permettre un départ anticipé à la retraite.

Parmi les facteurs de pénibilité, on trouve : le travail de nuit, la réalisation de gestes répétitifs, les activités en milieu hyperbare, l’exposition au bruit, les circonstances météorologiques extrêmes (température inférieure à 5° ou supérieure à 30°). Être exposé à un facteur de pénibilité permet de cumuler 4 points par an – on en obtient 8 si l’on est exposé à deux facteurs ou plus.

10 points permettent de récupérer un trimestre, sachant qu’il est possible d’en valider 8 au maximum par ce biais.

L’invalidité et le handicap

Le handicap donne droit à un départ anticipé en retraite. Dans cette optique, il faut que le taux d’incapacité permanente fixé par la MDPH soit d’au moins 50 %. En parallèle, on ne prétend pas à un départ anticipé à la retraite sans avoir cotisé un minimum de temps à l’assurance vieillesse – sachant que le nombre de trimestres nécessaires varie en fonction de la date de naissance et de l’âge de départ à la retraite envisagé.

Selon l’année de naissance, on peut, en moyenne, envisager une retraite entre 55 et 59 ans – à condition de relever du régime général et d’y avoir cotisé pendant un nombre de trimestres minimal. À titre d’exemple, une personne handicapée née en 1966 et souhaitant partir en retraite à 55 ans devra avoir été assurée pendant 129 trimestres pour 109 trimestres effectifs. Une personne née la même année envisageant un départ à 59 ans aura uniquement besoin de 89 trimestres d’affiliation et de 59 trimestres effectifs.